Un peu d’histoire…

Sur les degrés des escaliers de la maison de la duchesse de MORNY … on peut imaginer COLETTE, aux beaux jours de 1907 et 1908, assise, s’imprégnant des humeurs et des lumières de la Baie  » ses ciels turquoises, égyptiens, cendre verte, cendre bleue … qui se mirent dans des chenaux oblongs parmi les sables blonds « .Avec sa plume, la grande dame des lettres, célèbre ce décor magique comme l’ont fait, avec leurs palettes de couleurs et leurs pinceaux, les impressionnistes SEURAT et SISLEY.

Alfred MANESSIER pour qui le Crotoy était  » le paradis de son enfance  » célèbrera, pendant un demi-siècle, les ciels et les sables de la Baie de Somme. Ses œuvres les plus renommées ont fait connaître dans le monde entier, le petit port du Crotoy et le charme indéfinissable de son environnement. Quant à TOULOUSE LAUTREC, il fit de fréquents séjours dans une maison appelée  » les mouettes blessées « .

C’est également au Crotoy que le 21 novembre 1430, Jeanne d’Arc prisonnière des Anglais est incarcérée. Elle y restera prés d’un mois jusqu’au 20 décembre.

Elle franchira alors à pieds la large Baie de Somme, pour se rendre, via Saint-Valéry et Eu, à Rouen où l’attend le sort que l’on connaît .

La magie et le mystère qui entourent la Baie inspirent l’imagination des créateurs et bien sûr, tout particulièrement, celle de Jules VERNE, cet inventeur du  » merveilleux scientifique  » dont la maison se trouvait en face d’un chantier de construction navale. L’imagination a fait le reste. Le Nautilus et le Capitaine Némo feront plonger des générations de lecteurs avec  » Vingt mille lieues sous les mers « . Mais combien de ces lecteurs savent que c’est entre 1865 et 1870 , au creux de la Baie de Somme, qu’est née l’œuvre la plus adaptée, la plus traduite et la plus lue sans doutes ?

Au hasard de la promenade, on peut admirer le parc et le manoir de la famille du poète élégiaque, Charles-Hubert MILLEVOYE, face aux mollières de la Baie . Un peu plus loin, l’hôtel-restaurant  » les Tourelles « , autre joli manoir qui fut, à la fin du siècle dernier, la résidence d’été du célèbre parfumeur Pierre GUERLAIN.

A voir aussi l’ancien chalet aux bow-windows que TASKIN, chanteur d’opéra comique proche d’Offenbach, a fait édifier dans les années 1880.

Le Crotoy a été témoin des tâtonnements de l’aviation naissante. En 1907, deux jeunes frères Gaston et René CAUDRON sont fascinés par les  » plus lourds que l’air « . Dans un hangar de la ferme paternelle, ils construisent un planeur. L’engin tiré par la charrette de la ferme à laquelle on a attelé la  » jument Luciole  » et que cravache Gaston permet à René de s’élever dans les airs. En 1910, ces pionniers installeront leur atelier à proximité de la plage du Crotoy et créeront une école de pilotage renommée internationale d’où sortiront les plus prestigieux des aviateurs de la guerre 14-18.
source : office du tourisme du Crotoy (voir le site)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *